Le Moyen-Orient, région au centre des convoitises

Par le 5 juin 2018

Intersection entre l’Europe et l’Asie, le Moyen Orient est une région du monde qui se distingue par l’attention internationale qui lui est portée et les nombreux conflits qui l’ébranlent.

Le Moyen-Orient s’étend du Nord de la Turquie au Sud de la péninsule Arabique et de l’Egypte à l’Iran. Sa position de carrefour entre deux pôles majeurs du monde, l’Europe et l’Asie, favorise les échanges mais aussi les tensions.

 

Sur la scène internationale, cette région est extrêmement riche et précieuse : elle concentre 2/3 des réserves de pétrole mondiales, mais présente aussi de nombreux passages stratégiques, comme le canal de Suez, le détroit d’Ormuz ou encore le détroit de Bab-el-Mandeb. Cependant, d’un point de vue régional, ces atouts sont inégalement répartis, et leur possession est une source de conflits depuis de nombreuses années.

Mais il existe aussi des enjeux culturels. Le Moyen-Orient abrite en effet le berceau des trois religions monothéistes majoritaires, l’Islam, le Judaïsme et le Christianisme. Si ces deux dernières religions sont peu présentes sur le territoire, l’Islam est largement répandu, et se sépare en deux branches divergentes : les Chiites et les Sunnites. C’est de cette opposition au sein même de la religion musulmane que naquirent de nombreux conflits. En effet il n’est pas rare qu’un pays soit dirigé par une de ces branches idéologiques alors qu’elle est elle-même minoritaire au sein du territoire. C’est par exemple le cas en Syrie, où le pouvoir est aux mains d’une famille appartenant à la branche Chiite alors que la population est majoritairement Sunnite. Ces situations donnent lieu à des conflits, comme au Yémen.

Par ailleurs, elles favorisent la radicalisation Sunnite, qui a donné lieu à la création d’un califat proclamé par l’organisation Etat Islamique en 2014, à cheval sur la Syrie et l’Irak, et qui voit la naissance d’un discours anti-Chiites et de violences envers cette communauté. Apparaît d’autre part le salafisme, mouvement Sunnite de purification de l’Islam, qui aurait notamment été altéré par le Chiisme. La plupart des partisans sont non violents, mais il existe aussi une branche djihadiste apparue dans les années 1980, moindre, mais majoritairement médiatisée. C’est de ce courant de pensée que le groupe terroriste Al Qaïda vit le jour, qui profite du désordre régnant au Yémen pour agir selon ces convictions. Mais ils sont aussi présents sur le continent africain, ainsi que sous le nom de Daech en Syrie et en Irak. De plus, ce conflit est largement orchestré par les deux puissances concurrentes économiquement et idéologiquement opposées de cette région du monde : l’Iran, majoritairement Chiite, et l’Arabie Saoudite, Sunnite, qui se partagent la majorité des réserves de pétrole disponibles.

 

D’autre part, sont présents au Moyen-Orient différents peuples. Au Sud de la Turquie, les Kurdes ne possèdent pas d’Etat indépendant et sont à cheval sur plusieurs pays. A l’Ouest, depuis la montée de l’antisémitisme en Europe, ayant atteint son paroxysme avec le régime Nazi et la Shoah, les migrations de Juifs furent nombreuses au cours du XXème siècle. Dans les années 1930, elles favorisèrent la naissance du sionisme, mouvement nationaliste juif. Celui-ci se heurta cependant à son homologue arabe, malgré lequel l’Etat d’Israël naquit en 1948, selon le plan de partage de la Palestine de l’ONU. La Guerre des Six Jours permit à l’Etat israélien d’agrandir son territoire en annexant une région de Syrie, d’Egypte, mais surtout la partie de la Palestine alors sous la domination des peuples arabes. Ceux-ci furent alors forcés de se réfugier dans les pays frontaliers. Des négociations diplomatiques entre 1974 et 1982 menèrent Israël à céder les régions conquises : la totalité du territoire égyptien fut rendu, ainsi qu’une partie des terres syriennes. Ce n’est cependant qu’en 1993 que les accords d’Oslo rétablirent les territoires de la Palestine Arabe tels qu’ils avaient été établis par les Nations Unies à la sortie de la guerre. Cette avancée diplomatique est mise en échec par la deuxième révolution populaire arabe de 2000 (Intifada : guerre des pierres, opposition à l’occupation de la Palestine par Israël). Depuis, le conflit entre Israël et Palestine dure toujours.

 

La situation est d’autant plus complexe que de nombreuses alliances existent entre les Etats, mais aussi les ethnies. La principale opposition remonte à la Guerre Froide, opposant les Etats-Unis à l’URSS. En effet, ils soutenaient respectivement différents Etats du Moyen-Orient et leur intervention dans les conflits déjà existants les a encore augmentés. C’est le cas avec la puissance américaine soutenant l’Etat d’Israël depuis sa création, contre l’URSS aux côtés du gouvernement Syrien victime de la puissance militaire israélienne. Cependant, certains Etats rassemblent les différentes opinions en un commun, comme ISIS (Islamic State in Irak and Syria). Pour mieux comprendre, clique ici pour découvrir un tableau résumant toutes les alliances actuelles. Sinon, un schéma expliquant la même chose est juste disponible en dessous !


Depuis de nombreux siècles, des rivalités existent au Moyen-Orient, et concernent le monde entier. L’ONU agit de manière importante dans cette région du monde, mais il est possible de se demander si ces oppositions trouveront un jour une solution.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>