Quelle position pour la France sur le conflit syrien ?

Politique étrangère 444 fois3 opinions1 follower
0
Manolo AkebonoLV a répondu le

http://www.lemonde.fr/international/article/2017/02/28/veto-russe-et-chinois-a-des-sanctions-contre-la-syrie_5087094_3210.html

Alors que la Chine et la Russie ont mis un véto sur la proposition orchestré par Paris et Londres de sanctionner des hauts dignitaires du régime syrien, quelle politique ou quelles mesures doit prendre la France dans ce conflit ?

1
AkebonoLV Georges-Pompidou ✅ a commenté une réponse le

Mon avis est simple : nous ne sommes pas les gendarmes du monde et n’avons pas à agir en tant que tel.

Oui, le régime syrien est une dictature mais dont le pouvoir est reconnu internationalement. Oui, il bombarde une partie de son peuple…et je dis bien une partie. Néanmoins, attention : les médias nous montrent une part de la vérité, mais certains journalistes qui y sont allés ont pu relater des choses plutôt différentes et surprenantes (il me semble que c’était dans une émission avec Yves Calvi). Donc oui, comme toujours, la guerre est la démonstration de l’immensité de la connerie humaine, une chose affreuse. Mais je pense néanmoins qu’il faut modérer les propos que l’on nous ressort partout concernant le conflit entre rebelles et régime…la guerre ne vient jamais que d’un côté. Au-delà de cela, ce conflit syrien ne menace pas la France et nous n’avons donc, quelque soit notre prétendu rôle pour la défense des libertés et des droits, pas à y intervenir.

Face à cela, « Daesh » est tout sauf un État (l’appeler État Islamique est d’ailleurs un non-sens), sa légitimité n’est pas reconnue. Cette organisation prend possession de territoires qui ne sont pas les siens, prend possession de ressources qui ne sont pas les siennes, mais surtout, tue quantité de personnes qui n’avaient rien demandé (tout en appliquant un régime bien pire que la simple petite dictature de Bachar Al-Assad au passage) et menace le monde, dont la France.

Pour résumer, « Daesh » est un ennemi commun au régime syrien et à la France, un ennemi qui menace le monde ; le régime syrien n’est pas une menace pour la France et le monde mais peut aider à vaincre « Daesh ».

En conséquence, à titre personnel, je pense non seulement qu’il faut arrêter de se mettre le régime syrien à dos, mais surtout que s’allier au régime syrien pour vaincre « Daesh » est essentiel, d’autant plus que cela pourrait permettre aussi de s’allier à la Russie sur ce conflit et de calmer les tensions franco-russes, au moins sur ce point.

0
Georges-Pompidou Georges-Pompidou ✅ a commenté une réponse le

La place française dans ce conflit n’est pas de sanctionner les hauts dignitaires du régime syrien, comme l’a interdit la chine et la russie. Je n’aurais pas aimé apprendre que l’Etat français le fasse. D’ailleurs, l’usage d’armes chimiques n’est pas une bonne solution…

Je ne sais pas vraiment quelles mesures la France doit prendre, si ce n’est que de s’allier à l’armée syrienne pour essayer de vaincre ensemble les terroristes. Je ne trouve vraiment que ceci à dire. Sinon, ce n’est vraiment pas une solution de se placer contre les hauts dignitaires du régime syrien. Quels intérêts, je vous le demande ? Et puis qu’a fait le régime syrien pour qu’on le sanctionne ?

1
JSparo Admin-M ✅ a commenté une réponse le

La première question est de savoir ce que fout la France en Syrie, c’est dingue d’appeler une défense le bombardement de pays pauvres tout en justifiant cela par des droits de l’homme, notre propre hypocrisie commence à devenir très lourde à supporter.

Pour moi la France n’a rien à faire là bas, il est aujourd’hui prouvé que sa présence est justifiée par des intérêts économiques et par la pression des ricains, cela fait 20 ans que nous bombardons le Moyen Orient, nous avons engendré à nous seuls plus de 4 MILLIONS DE MORTS dans les pays arabes. Vous pensez qu’il s’agissait de 4 millions de djihadistes ? Ces bombardements n’ont fait qu’aggraver la situation et on meurtri des femmes et des hommes complètement innocents.

Lorsque nous ne cacherons plus derrière notre hypocrisie et lorsque nous parlerons vraiment au nom des droits de l’homme, nous qualifierons cette guerre de crime contre l’humanité, en attendant continuons à investir des milliards dans l’armée, les armes sont tellement plus importantes que les hommes.

×

Se connecter