Les médias censurent-ils la démocratie ?

Politique de demain 1130 fois6 opinions1 follower
2
Demos Kratos Staghnor a répondu le

Les médias invitent plus les personnalités politiques qui sont le plus haut dans les sondages. Par exemple, pour leur prochaine émission du 20 mars, TF1 a décidé de n’inviter que les 5 hommes politiques « les plus populaires » snobant ainsi beaucoup d’autres candidats qui auraient bien eu besoin de visibilité. Est-ce bien respectueux de la démocratie d’utiliser des sondages pour présélectionner les favoris et les imposer à la population, via les médias, jusqu’au jour de l’élection ?

 

2
Audran D. Audran D. ✅ a répondu le

La popularité des candidats, grâce à l’aide des médias a toujours eu une influence dans les éléctions.

Je pense que la médiatisation des primaires y joue beaucoup, car on a pu voir l’ermégence de candidats, comme M.Poisson, que je ne connaissais pas du tout avant. Certains prétendants à l’Elyssée sont, pour certains, très appréciés comme Emmanuel Macron qui apparait vraiment de partout. (Je commence à comprendre pourquoi…). On peut presque considérer que les journaux choissisent leur président d’une manière ou d’une autre et qu’ils font tout pour convaincre leurs lecteurs.

Cependant, on se retrouve parfois avec des organisations politiques qui censurent directement les médias (par exemple, Quotidien avec Marine Le Pen).

Maintenant, je pense que le peuple commence à prendre conscience de ce problème mais qu’il faut encore que nous apprenons à trier les informations et à developper notre esprit critique.

Pour finir, tous les journaux ont tous une tendance politique plus ou moins marquée, donc la neutralité n’existe pas dans ce monde….

1
ABB S02B a commenté une réponse le

Ce n’est certes pas très démocratique mais actuellement le but premier des médias et de faire du profit et donc ils utilisent des figures connues afin de ne pas prendre de risques.

Par ailleurs on peut supposer que certains hommes politiques sont amis avec les grands médias et donc se font favoriser là où les plus petits partis politiques et leurs représentants n’ont pas de contacts avec les médias les plus importants et donc ont du mal à se faire connaitre.

1
S02B S02B a répondu le

Les événements récents ont pu montrer que la fiabilité des sondages est, …comment dire…., relative. De ce fait, les utiliser comme une base rendrait cette dernière assez bancale…

Là où le peuple est censé choisir (principe de base de la démocratie), les médias nous « aiguillent » et nous « conseillent » laissant donc en arrière plan des candidats jugés moins probables. Le manque de couverture médiatique pour les petits candidats reste un gros problème car ils ne risquent pas de monter dans les sondages, donc moins de couverture médiatique, etc. Vous voyez le cercle vicieux ?

Cependant, je n’irai pas jusqu’à dire que les médias imposent certains candidats à la population, mais plutôt les orientes vers ceux qu’il jugent les plus intéressants / les plus aptes à gouverner ou même ceux dont ils sont sûrs qu’ils possèdent les 500 signatures requises.

D’autre part, nul doute que le CSA régulera tout ça à coup de grand balais si c’est nécessaire.

Sinon pour finir, je tiens à dire qu’il n’existe pas que la télévision comme média. Tout le monde en est conscient, à mon avis. En tant que citoyens, c’est un droit que nous avons de nous informer et, si le sujet nous intéresse, de creuser encore plus loin et non pas de rester immobiles face à cette télé attirante qui joue un doux air de saxophone (ou de piano pour ceux qui préfèrent :D).

Bref, le sujet est compliqué et il faut voir en profondeur la responsabilité des médias dans notre démocratie. Ces mêmes médias ne peuvent cependant pas nier le pouvoir qu’ils ont. Ils se doivent de l’assumer, et assumer tout ce qui va avec s’ils partagent les principes de la démocratie et de la république.

Malgré ta question orientée, *clin d’œil*, je ne trouve pas ça respectueux de la démocratie, mais bon, elle en a rien à faire, elle.

0
Georges-Pompidou Georges-Pompidou ✅ a répondu le

Pour tout vous dire, la république n’est pas vraiment une démocratie car tout le peuple ne gouverne pas vraiment. Notre république est plutôt une oligarchie. C’est à dire qu’elle est gouvernée par un petit groupe de personnes (Elysée, Sénat etc…).

Ensuite, si les médias censurent la démocratie (ou l’oligarchie pour ceux qui préfèrent), je pense plutôt que oui. Car elle aura tendance à « critiquer » indirectement, voire ignorer totalement, des candidats à l’élection présidentielle plutôt que de les classer au même « rang » (permettez moi l’expression) que les autres candidats.

Par exemple, moi qui lit beaucoup l’Express et L’Obs, deux journaux très politiques, j’y vois beaucoup plus François Fillon, Macron, Hamon Mélenchon et Marine Le Pen que Nicolas Dupont-Aignan ou bien d’autres candidats comme Pierre Larrouturou, Michèle Alliot-Marie, Jean Lassalle, Rama Yade, Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud et Phillipe Poutou.

Pour moi, il serait plus « juste » de donner une réputation « équitable » à chacun des candidats à la présidentielle. Mais bon, des fois, je pense qu’il faut d’abord qu’il fasse parler d’eux avant de se faire connaitre par le journal. Il y a ça aussi…Et puis, il faut que les candidats le « méritent ».

Pour info : je suis plus sur le journal que sur les médias télévisés.

0
Georges-Pompidou Georges-Pompidou ✅ a commenté une réponse le

D’ailleurs, est ce que vous pensez que Youtube est concerné dans cette « censure de la démocratie ?

0
Staghnor Staghnor a édité une réponse le

Bonjour à tous,

Les médias sont une médiation entre la réalité et la représentation ou l’image.  Les médias sont un gigantesque spectacle télévisé bien souvent qui n’est pas là pour dire le vrai. C’est-à-dire que face à une réalité, les médias ont le pouvoir incroyable de pouvoir déformer à l’envi selon les circonstances du moment. Le pouvoir médiatique par définition n’est pas démocratique. Il obéit à une hiérarchie à une direction. Et en bas, on ne sait pas toujours ce qui se dit en haut, c’est le système des filtres et des ascenseurs. L’image s’est substituée à la réalité par les médias précisément. Par définition, dans ce que l’on nomme la démocratie, qui n’est pas une démocratie mais le pouvoir d’une élite qui a les moyens de dominer à la fois politiquement, et médiatiquement, il n’est pas étonnant que les médias donnent l’image de la liberté d’expression, alors que la liberté d’expression selon eux s’arrête à l’entrée de leurs locaux d’enregistrement. La liberté d’expression n’est effective qu’entre ces personnes qui discutent entre elles. La démocratie du faux pouvoir du peuple et des mots vidés de leur sens a besoin des médias qui sont l’image même que se donne la classe dominante et la conscience qu’elle se donne d’elle-même et qui s’impose à tous les dominés à la télévision en particulier.

Les médias mettent en avant des événements qui ont intérêt à la classe dominante pour embrouiller la classe dominée. Et préfèrent taire des événements qui pourraient intéresser la classe dominée, mais pas la classe dominante. C’est pour cela que le média est par définition subjectif, et non pas objectif.

Selon la sensibilité du média, celui-ci préférera parler d’un sujet particulier plutôt que d’un autre. Et c’est en ce la que l’on voit que les médias sont répartis selon l’échiquier politique. Et l’échiquier politique de la démocratie (la fausse). Puisque démocratie fausse et médias sont liés par le fait que les deux se situent dans la même classe sociale : la classe dominante, l’élite. Et tous ces gens se croisent.

×

Se connecter