Le vote blanc

Politique de demain 736 fois7 opinions1 follower
0
ABB ABB a choisi sa réponse favorite le :

Aujourd’hui bien qu’autorisé et pouvant porter un message il n’a pas d’influence réelle.

Selon vous faut-il lui donner plus d’importance?Comment?

Meilleure réponse

2
Wallpou Georges-Pompidou ✅ a commenté une réponse le

Je suis d’accord avec tout ce qui s’est dit jusqu’ici sur ce topique. Je vous propose alors ce qui, à mon avis, pourrait être un début de solution au problème qui est le suivant : Le vote blanc est une voix, qui doit être prise en compte.

Tout d’abord, je pense qu’une partie du problème se trouve dans le fait que en principe, le vote blanc est une voix qui dit que : nous sommes ni pour l’un, ni pour l’autre. De fait, il peut être interprété comme une forme de désimplication. Et c’est d’ailleurs ce qui en est dit : Qui n’a jamais entendu que « les français » étaient « dépolitisés » ?

D’après moi, le système est inversé : le vote blanc devrait être interprété comme un réel acte de refus, et l’abstentionnisme comme une désimplication.

En réalité, il faudrait a mon sens additionner la part d’abstention avec la part de votes blancs, afin de voire combien de personnes sont réellement indécises. Ce nombre pourrait bien dépasser les 33%. Dans la suite de mon raisonnement, je considère « vote blanc » comme le taux d’abstention + le taux de votes blancs.

Encore et toujours d’après moi, à partir d’un certain taux de votes blanc (~33%, un tiers pour être exacte), l’élection n’est plus représentative, et est ainsi illégitime.

En fait, si un tiers des votants votent blanc (dans l’exemple d’un second tour), le candidat élu n’aura en fait, si il fait un score proche de 50%, qu’à peine un tiers des voies. (car il ne restera que 2 tiers de votes non-blancs, à diviser par deux, soit 1/3 pour chaque partit (Candidat 1, Candidat 2, et Blanc).

Ce système, aussi imparfait soit-il, repose sur la représentation. Un candidat ne peu être représentatif, théoriquement, qu’avec <50% des voies. Alors pourquoi serait-il élu avec un peu plus d’un tiers ?

Pour finir d’illustrer, si : Blanc = 35%, Candidat 1 = 40% et Candidat 2 = 25%, 60% des votants sont d’accord sur un point : le Candidat 1 ne leur convient pas.

CONCLUSION :

Ainsi, avec un fort taux de votes blanc, le suffrage est illégitime et non représentatif. Le vote est alors annulé et potentiellement réitéré jusqu’à ce qu’un candidat pertinent et représentatif émerge. Un vote ne passe donc pas si il n’est pas représentatif. Comment la suite se passerait ? Je ne pourrais y répondre, mais si l’idée vous semble pertinente, il pourrait être intéressant d’en discuter.

2
Manolo AkebonoLV a commenté une réponse le

On devrait partir du principe qu’une majorité de vote blanc annule une élection.

Chaque citoyen bénéficie de son droit de vote et en use comme bon lui semble. Donc s’il ne se sent pas représenté par l’ensemble des candidats, son vote blanc est légitime.

C’est pitoyable de se dire que aujourd’hui, la plupart des candidats élus sont choisis par élimination..

1
AkebonoLV AkebonoLV a répondu le

Lui donner plus d’importance serait en effet une bonne chose, c’est un vote comme un autre, il doit donc être pris en compte comme un autre. Chaque bulletin blanc, c’est une personne qui s’est déplacée pour voter.

A l’heure actuelle, le taux d’abstention est extrêmement élevé sur les principales élections en partie parce qu’un électeur qui vote blanc, nul ou qui s’abstient revient exactement à la même chose au moment de l’annonce du résultat.

Alors comment le rendre plus important ? C’est là un vaste problème, pour lequel je n’ai clairement de solution. A part l’afficher au même titre que le taux d’abstention, difficile de faire plus à mon sens.

1
Georges-Pompidou Georges-Pompidou ✅ a répondu le

Oui, je pense qu’il faut lui donner plus d’importance. Mais pas jusqu’à demander à voter blanc ! Chaque vote est un avis et le vote blanc est un avis parmi tant d’autres puisqu’en votant blanc, on « s’exprime » tout de même. Le vote blanc veut simplement dire : je ne suis pour aucun des partis se présentant et je le dis. Pour moi, le vote blanc, c’est une preuve que l’on assume son droit et son « devoir » de vote même si rien n’y est inscrit.

0
Audran D. Audran D. ✅ a répondu le

Malheureusement, on souhaite donner de l’importance au vote blanc mais on ne sait pas comment…

Le système actuel ne le met pas en valeur et seulement les personnes souhaitant exprimer leur voix vont aller placer un tel bulletin dans l’urne, mais la plupart du temps il se manifeste plutôt par leur simple absence au bureau de vote !

J’ai beau imaginer toutes les situations, je ne vois pas comment donner un coup de jeune au vote blanc, à mon grand désarroi, car je suis sûr que l’on perd une partie du peuple français qui ne se reconnait dans aucun candidat !

0
ABB ABB a répondu le

Nicolas Dupont-Aignan propose une solution à savoir si le vote blanc est supérieur à 50% tout les candidats ne peuvent se représenter et l’élection est annulée.

0
Georges-Pompidou Georges-Pompidou ✅ a répondu le

A mon humble avis, je pense que le vote blanc ne peut pas être majoritaire pour cette année. Car puisque la plus grande partie des Français attendent avec impatience la fin du mandat de Hollande, il faut tout de même s’attendre à ce que l’on vote tel ou tel autre candidat.

De toute manière, les gens sont assez conscients pour ne pas tous passer au vote blanc ! Il est impossible que le vote blanc passe à 50%. Une majeure partie des Français sont trop lucides et trop attachée à ces traditions pour faire en sorte qu’une élection soit annulée à cause du vote blanc.

Je ne dis pas que le vote blanc doit être supprimé, au contraire. Il faut le garder pour les gens qui veulent encore dire qu’ils ne sont d’aucun candidat mais qu’ils l’assument (sans pour autant que l’on sache qui a voté blanc et qui a voté un candidat).

×

Se connecter