Le grand débat national, pourquoi faire ?

Par le 17 janvier 2019

Depuis déjà deux mois, le mouvement des « gilets jaunes » se poursuit partout en France, principalement au travers de manifestations. Face à cette crise, le Gouvernement a décidé d’instaurer un grand débat national pour répondre aux problèmes soulevés par les manifestants et la population.

 

Comment cela va-t-il se dérouler ?

Début décembre, entre 3000 et 5000 communes ont mis à disposition de leurs habitants des cahiers de doléances afin de faire remonter les propositions des citoyens. Mais c’est à partir du 15 janvier, ouverture officielle du grand débat, et jusqu’au 15 mars prochain que les Français peuvent participer à des réunions locales, débattre sur une plateforme numérique. Des stands mobiles sont également mis en place pour débattre sur quatre grands thèmes, sélectionnés par le Gouvernement. Ce débat s’adresse, non seulement, aux citoyens mais aussi aux associations, élus, entreprises ou encore collectifs.
Emmanuel Macron, quant à lui, se rendra dans différentes régions de France pour aller à la rencontre des élus locaux, principalement les maires, et écouter leurs revendications.

Emmanuel Macron rencontre des maires de l’Eure le 15 janvier 2019 (Crédit photo : Ludovic Marin / AFP)

 

Quels sont les grands thèmes ?

Fixés par le Premier ministre, Edouard Philippe, le débat se centralisera autour de quatre grands thèmes, malgré les cinq annoncés plus tôt dans l’année, « la transition écologique », « la fiscalité et les dépenses publiques », « la démocratie et la citoyenneté » et enfin « l’organisation de l’état et des services publics » mais aussi autour de trente-quatre questions posées par le Président dans une lettre adressée aux français, dimanche 13 janvier. Néanmoins, Emmanuel Macron, a précisé que certaines mesures seront exclues des débats, telles que la remise en cause de la peine de mort, de l’IVG et du mariage pour tous. Le président assure également que le gouvernement ne reviendra pas sur certaines réformes déjà mise en œuvre comme la suppression de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune).

Lire la lettre d'Emmanuel Macron Voir

 

Un débat déjà controversé

Pourtant, ce grand débat national n’a pas été reçu avec le même accueil partout. En effet, bon nombre de gilets jaunes avouent se sentir exclus du débat puisque la lettre aux Français du Président ne fait aucune référence au mouvement. De plus, certains nient sa légitimité et pensent que ce débat ne permettra pas de faire évoluer la situation de la France, et de sortir de cette crise.
Par ailleurs, avant même de commencer, l’organisation du débat avait fait polémique. Effectivement, la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), Chantal Jouanno, chargée de mettre en œuvre le grand débat national a vivement été critiquée sur son salaire jugé élevé, avant de finalement se retirer de la « direction » du débat, début janvier.

Chantal Jouanno (Crédit photo : Laurent Achedjian)

 

Le débouché de ce grand débat national reste cependant la plus grande question. Si le Président a affirmé tenir compte des avis, qui vont survenir dans les prochains mois grâce à ce débat, pour prendre des décisions, certains opposants doutent de cette affirmation. Une affaire donc à suivre dans les prochains mois.

1 Commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>